Au service de toutes les réussites

Distances et savoirs

Volume 8, numéro 2

Formation à distance, principe de provocation et innovations

Sous la direction de Martine Vidal, Monique Grandbastien, Pierre Mœglin

Parce que la séparation physique entre apprenant et enseignant est d'emblée apparue comme un handicap auquel il fallait remédier, les intervenants et acteurs de la FAD ont été amenés à revisiter intensivement pédagogie, technologie, ressources, communication, sociologie, économie, partenariats… à l'usage des environnements aux distances diverses (géographiques, temporelles, etc.) où ils exercent. Ce faisant, dans le cadre a priori contraignant de la FAD, ils ont rénové et innové, ils ont produit des outils et des théories dont la portée va bien au-delà de la seule FAD. Et ils poursuivent, au fil des avancées techniques, des besoins économiques et sociétaux ces recherches et travaux qui « provoquent » doublement : effets de loupe qui mettent en évidence et conduisent à renouveler des pratiques et des méthodes de l'enseignement « traditionnel » mais aussi controverses et débats qui font évoluer aussi bien enseignement en présence que FAD, et transforment souvent certaines distances en atouts.

Le présent numéro de D&S vous invite à rencontrer des « provocateurs » et constructeurs de la FAD, qui sont intervenus lors du symposium organisé par notre revue les 10 et 11 décembre 2009, que ce soit de la scène, de la salle ou par visioconférence. Plusieurs des thèmes objets de pratiques et de recherches en enseignement et formation à distance évoqués par ces protagonistes sont ici développés. Certains des textes proposés portent la mémoire de ce contexte d'intervention - un symposium avec débats et discussions - et sont présentés dans des formats plus diversifiés qu'habituellement dans D&S : prises de position, travaux de recherches, notes et réflexions témoignent d'un moment vivant, maintenant distant, mais, nous l'espérons, inscrivant de fécondes « provocations » que nous souhaitons partager avec nos lecteurs. Un premier numéro de D&S (1) a rendu compte des synthèses exposées à cette occasion et relatives aux travaux de recherche des dernières années dans les mondes francophones et anglophones. Le présent numéro a l'ambition de souligner les effets, les « provocations » des travaux destinés à développer et professionnaliser l'enseignement à distance sur l'enseignement « tout court », à distance, en présence, hybride… dans une perspective prospective.

Geneviève Jacquinot-Delaunay dresse un catalogue de « provocations » qui touchent aussi bien les aspects matériels, techniques, financiers, que le vécu des enseignants, et amène à considérer la provocation en tant que « principe d'innovation », en passant par ce pseudo paradoxe : l'intérêt de la distance en ce qu'elle rend le présentiel essentiel.

« En plus d'un siècle, la formation à distance est ainsi passée du statut de « pis aller » à celui de modalité de formation à part entière, avec ses contraintes, ses avantages et ses spécificités : de plus, elle éclaire d'un jour nouveau les problématiques actuelles des processus enseigner/apprendre. Or, tout cela n'a été possible que grâce aux diverses expériences - tantôt limitées et très locales, tantôt à grande échelle - qui ont permis de dégager progressivement les différentes questions que soulève cette « absence » et corrélativement ce besoin de substitut de « présence » et d'y apporter des solutions.

C'est ce qui avait fait dire à l'ancien directeur du Cned et Recteur d'Académie Michel Moreau que l'éducation à distance avait assumé différentes fonctions, je le cite, « d'abord précurseur, puis partenaire et maintenant éclaireur ». Il me semblait que l'on pouvait aller plus loin encore et parler de la FAD comme provocateur, voire parler d'une théorie de la provocation, point de vue que je souhaite développer dans ce qui va suivre. »

Dans ses notes pour sa propre intervention sur ce même thème, Nicolas Balacheff retient quant à lui non pas l'opposition présence-distance, mais l'intérêt des incertitudes provoquées par la distance :

« Ainsi, la question de la distance ne prend de l'importance que dans la mesure où elle est à l'origine d'incertitudes, de questions sur l'accès aux savoirs en termes d'apprentissage et de leur validation. Ces questions sont intelligibles lorsque la distance est exprimée par des contraintes qui s'exercent sur la communication entre l'enseignant et les élèves, les élèves entre eux, l'accès à une représentation des savoirs en jeu ou aux activités qui les impliquent ».

Lors du symposium Elisabeth Fichez et Didier Oillo intervenaient sur le thème « Recherche, insertion dans les pratiques ». Dans son introduction rétrospective à leurs deux interventions, Elisabeth Fichez montre comment se rejoignent leurs deux approches. Cette introduction a par ailleurs l'intérêt de rapporter certains échanges avec la salle en soulignant comment les questions des participants ont modulé certains points des interventions.

Elisabeth Fichez étudie le nouvel environnement éducatif « provoqué », créé par la distance : la formation hybride, qu'elle qualifie d'« acte éducatif contemporain », tandis que Didier Oillo retient les TICE plutôt que la distance comme clef d'entrée, et l'approche interdisciplinaire que celles-ci permettent.

L'un et l'autre appellent à une recherche transversale multi niveaux, « qui ne dissocie pas le micro-niveau de l'intervention pédagogique des conditions organisationnelles, économiques et politiques de sa réalisation ».

Georges-Louis Baron exprime lui aussi l'effet du contexte sur son intervention lors du symposium, ainsi que celui de la contrainte de la rédaction ultérieure pour ce numéro de D&S : des distances multiples sont en jeu, simplificatrices semble-t-il craindre, mais son programme reste ambitieux !

« Le texte commence par des éléments de constat sur l'évolution de la situation dans les 20 dernières années (durée suffisante pour qu'on puisse observer des changements) qui ont pour but d'attirer l'attention sur des tendances et des contrastes. Ensuite, quelques enjeux et questions sont présentés. Puis les évolutions possibles à échéance des 20 prochaines années sont brièvement discutées. »

Prospectif lui aussi, et lui aussi dans le cadre contraint du symposium, Eric Bruillard, « sans recours aux méthodes de la prospective ou à celles de la veille stratégique » témoigne d'une analyse personnelle d'expert, un point de vue d'acteur et de chercheur sur les évolutions en cours. Il s'attache à « repérer tant les continuités que les éléments possibles de rupture » (ruptures-provocations ?) concernant les technologies émergentes, les tendances sociales, de possibles scénarios du futur, des structurations qui se renouvellent tant au niveau organisationnel que temporel ou spatial.

Son intervention va de pair avec celle de Bernard Blandin qui décrypte et analyse les stratégies des industriels, les tendances du marché, les technologies émergentes (susceptibles de « provoquer » ?) et les questions de normes et de standards.

Le thème des normes est repris dans un message-plaidoyer sur les questions de normalisation que Mokhtar Ben Henda développe à l'occasion de sa lecture personnelle d'un rapport sur l'élaboration des normes ISO/CEI JTC1/SC36.

Deux textes, un entretien et une lecture critique évoquent aussi, entre autres sujets, certaines questions liées aux ressources pédagogiques. Alain Chaptal analyse l'ouvrage « passionnant à plusieurs titres » de Laurent Petit, Ressources numériques pour l'enseignement supérieur, le cas de l'Université en ligne. Et Sylvie Perfetti évoque un contexte d'application bien particulier, celui de l'apprenant incarcéré, pour lequel les précieux apports des TIC, et notamment des ressources en ligne, se heurtent aux questions de sécurité.

Nous avons évoqué les interactions avec les participants « de la salle » lors du symposium, mais un espace d'intervention était également ouvert aux expériences et réflexions plus développées des chercheurs et des praticiens présents :

- une équipe, Isabelle Cherqui-Houot, Marc Trestini et Manuel Schneewele présente ainsi une étude de cas concernant l'usage d'un cahier de texte en ligne (environnement numérique de travail PLACE) qui, sans porter directement sur la FAD, élargit l'espace éducatif, « provoque » de nouvelles pratiques aussi bien pour les élèves que les enseignants ou les parents ;

- retour également sur le dialogue provocateur entre la distance et la présence, avec le travail d'Annie Jézégou qui s'attache à modéliser la présence en e-learning.

Pour conclure, D&S qui est attentive à son statut de revue scientifique avec abonnement… et qui n'ignore pas le débat qui entoure ce statut, est sensible à l'ouverture à des ressources et travaux de recherche accessibles gratuitement en ligne. Elle a, lors du symposium, organisé une table ronde sur le rôle des revues scientifiques. Michael G. Moore, rédacteur en chef de l'American Journal of Distance Education, l'un des intervenants, a fermement exprimé sa position dans un éditorial publié dans D&S vol. 7, n° 4/2009. Aujourd'hui nous publions le point de vue (en anglais) de Paul Kawachi, rédacteur en chef de l'Asian Journal of Distance Education, qui intervenait également en visioconférence depuis Beijing lors du symposium. Où les sens français et anglais du terme « provocation » se complètent…

Enfin, une nouvelle rubrique clôt ce numéro, et sera présente dans les prochains numéros de D&S. Nous avons en effet demandé à Marie-Eve Charpentier, responsable de la documentation et chargée de communication au Cned (Direction générale-Eifad) de sélectionner ce qui retenait durablement l'attention depuis le début de l'année 2010 parmi les références qu'elle relève et diffuse régulièrement chaque semaine au sein du Cned dans un bulletin de veille comportant généralement les rubriques suivantes : Innovations, TIC /TICE, Veille Education (dont Enseignement et Formation à distance, Enseignement supérieur, Scolarité).

Voici donc sa sélection de références pour le premier semestre 2010, peut-être plus éphémères que l'on ne pense, peut-être appelées à de grands avenirs…

NB. Les quelques pages consacrées à cette rubrique ne sont parlantes et utilisables que si le lecteur est connecté à internet. Aussi cette rubrique est-elle accessible en ligne sur www.cned.fr/ds dans le menu consacré au présent numéro (vol. 8, n° 2). Il en sera ainsi de façon régulière pour cette rubrique (2).

En résumé, un numéro original à plus d'un titre dont nous aimerions qu'il invite beaucoup d'autres acteurs de la FAD à provoquer et innover encore au bénéfice des apprenants et des formateurs, puis à nourrir de prochains numéros de D&S des résultats de leurs observations et analyses.

Martine Vidal
Monique Grandbastien
Pierre Mœglin

Formation à distance, principes de provocation et innovation

Éditorial - Martine Vidal, Monique Grandbastien, Pierre Mœglin

Entre présence et absence. La FAD comme principe de provocation
GENEVIEVE JACQUINOT-DELAUNAY

Note pour une contribution au débat sur la FOAD « provocatrice »
NICOLAS BALACHEFF

Quel paysage conceptuel pour l'acte éducatif aujourd'hui ?
ELISABETH FICHEZ

TICE et pluralité disciplinaire. Un exemple avec le programme res@tice de l'Agence universitaire de la francophonie
DIDIER OILLO

Quelles évolutions des professionnalités dans le contexte de l'enseignement supérieur en ligne ? Quelques réflexions
GEORGES-LOUIS BARON

Formation à distance : dispositifs techniques. Structuration organisationnelle, spatiale et temporelle des environnements
ERIC BRUILLARD

Dispositifs techniques pour l'éducation, la formation et l'apprentissage. Point de vue des industriels sur les évolutions
BERNARD BLANDIN

The role of publishing: support for action research
PAUL KAWACHI

Les usages d'un cahier de texte en ligne. Cas de l'ENT Lorrain, l'environnement PLACE
ISABELLE CHERQUI-HOUOT, MARC TRESTINI, MANUEL SCHNEEWELE

Créer de la présence à distance en e-learning. Cadre théorique, définition, et dimensions clés
ANNIE JEZEGOU

À la recherche d'un consensus sur l'identité et le fonctionnement
des normes e-learning
MOKHTAR BEN HENDA

Entretien

La formation à distance en prison. Un témoignage du Cned
SYLVIE PERFETTI

Lecture critique

Captivant retour sur une expérimentation de longue haleine…
ALAIN CHAPTAL

Références

Echos et repères, via internet
MARIE-EVE CHARPENTIER

 


(1) « À la croisée des recherches, Autour du "Handbook of Distance Education" », Distances et savoirs, vol. 7, n° 4/2009.

(2) Nous rappelons également que les trois premiers volumes de D&S (auxquels s'ajoutera bientôt le quatrième volume) sont accessibles gratuitement sur http://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs.htm