Charlotte, une agrégée de lettres fidèle au CNED

Équipe éditoriale CNED

05/12/2022

À 36 ans, Charlotte travaille comme professeure de lettres dans un lycée de région parisienne.

Cette passionnée de livres depuis l’enfance entame une prépa littéraire, convaincue par la pluridisciplinarité et la stimulation intellectuelle que ce parcours confère. Elle choisit ensuite de parfaire son cursus par un double master d’Affaires publiques à Sciences Po Paris et de philosophie à l’université Paris IV.  Ces études la conduisent à accepter un premier poste dans le domaine de la coopération franco-allemande au ministère des Affaires étrangères. Trois années passent et Charlotte choisit de s’orienter vers une préparation d’agrégation de lettres avec le CNED, enseigner et transmettre étant ses principaux moteurs.

Une fidèle du CNED

Charlotte n’en est pas à sa première expérience avec le CNED. Elle se définit elle-même comme « une fidèle du CNED » qui a déjà suivi la préparation au CAPES de lettres modernes avant de préparer huit ans plus tard, l’agrégation interne de lettres alors qu’elle réside à l’étranger. De ces deux expériences, elle retient la souplesse de la formation à distance, conciliable avec la vie professionnelle :

Je ne pouvais pas m’arrêter de travailler un an pour préparer ces concours. Le CNED était vraiment la solution qui me convenait, alliant confort et sérieux, avec des devoirs corrigés. Et comparé à d’autres formations à distance, les tarifs du CNED me semblaient justes, pour une qualité de cours vraiment exceptionnelle.

La préparation à l’agrégation, un investissement de chaque instant

Pour sa préparation à l’agrégation de lettres, Charlotte a la chance de travailler à temps partiel et de pouvoir y consacrer 1,5 journées par semaine.

Cette régularité lui permet d’abord de planifier son travail, de récupérer les cours qui arrivent progressivement mais aussi de comprendre comment fonctionnent forum et tutorat :

Tout cela n’était pas chose aisée, eu égard à la complexité de la plate-forme du CNED…  Malgré tout, si j’avais un conseil à donner à de futurs inscrits au CNED, c’est de prendre le temps de comprendre comment fonctionnent les différentes interfaces du CNED ! Cela vaut le coup de repérer toutes les fonctionnalités et espaces de travail offerts.

Charlotte met aussi à profit ces longues plages de travail disponibles pour faire les devoirs dans les conditions du concours, puisque 7h sont nécessaires pour composer.

À côté de ces rendez-vous hebdomadaires, elle profite de tous les interstices de la vie professionnelle et de la vie de famille pour lire et relire les œuvres, ficher les cours, prendre des notes.

L’agrégation demande de s’immerger totalement dans un programme de 8 œuvres – 9 avec le film ! - avec lesquelles vous menez une cohabitation intime pendant toute votre préparation ! J’ai rêvé de François Villon et de Voltaire, je me suis inventé mes propres mises en scène de Genet…

Le tutorat et les échanges entre pairs

La plus grande difficulté rencontrée par Charlotte, elle le dit en toute honnêteté, a été l’organisation :

Lorsqu’on prépare seule un concours aussi exigeant, il est très difficile de trouver sa méthode, son rythme, ses priorités de révision. Conséquemment, le découragement face à l’ampleur des connaissances à acquérir et des défis intellectuels à relever, guette souvent…

À cet égard, la disponibilité du tuteur et les forums de discussions animés par les enseignants de chaque matière a été une véritable bouée de sauvetage pour Charlotte. Elle souhaitait d’ailleurs profiter de son témoignage pour remercier Antony Soron, son tuteur, avec qui elle a régulièrement correspondu pour demander des conseils ou lui soumettre ses idées et réflexions.

Quant aux forums disciplinaires, ils ont rythmé sa préparation par la mise ne commun de réflexions sous forme de mini-sujets :

En réalité, ces outils de travail en commun et d’interaction entre agrégatifs et avec nos professeurs représentent selon moi le vrai plus du CNED. Je ne peux que recommander à tous les agrégatifs de ne pas cantonner le CNED au rôle de fournisseur de cours mais bien de profiter de ce soutien et de cette stimulation.

Aujourd’hui professeure de lettres, elle s’inspire encore régulièrement des connaissances acquises au cours de sa préparation avec le CNED, retenant ici les vidéos de sa professeure de littérature comparée, ou là, le ton à la fois didactique et toujours plaisant des contenus pédagogiques.

Le nouveau statut d’agrégée de Charlotte lui offre aussi plus de disponibilité pour approfondir sa réflexion et diversifier ses pratiques d’enseignement. Après de longues heures passées à rire avec Boileau, vibrer avec George Sand, douter avec Pasolini, elle a développé une curiosité insatiable pour les auteurs moins représentés dans les manuels scolaires et espère bien, un jour, pouvoir aussi les enseigner aux futurs enseignants.

Ces articles peuvent vous intéresser ...

Sonia a obtenu l'agrégation externe d'anglais

Se replonger dans les études après plusieurs années dans le bain professionnel peut sembler compliqué. Grâce au CNED, Sonia a pu travailler chez elle, à son propre rythme.

06/06/2019

Une reprise d'études brillante

Johnny Luchez, devenu enseignant après avoir quitté l'école avec un BEP.

26/07/2019

Grégory, un ingénieur devenu professeur des écoles

A 52 ans, Grégory entreprend sa reconversion professionnelle pour devenir professeur des écoles (CRPE)

09/06/2022