Écrivain public, un métier de passion pour Sylvain

Équipe éditoriale CNED

13/09/2022

Quel métier te correspondrait mieux, quel métier serait plus en accord avec ce que tu aimes dans la vie ?

Ces questions, Sylvain Dubois, titulaire d’une maîtrise en qualité industrielle, tente d’y répondre en 2010, alors que l’entreprise où il travaille connait un plan social. Il envisage un temps les métiers de l’édition et du livre étant un grand lecteur, avant de choisir de devenir Ecrivain public.

Le choix de la formation à distance avec le CNED

En effectuant des recherches sur Internet, il découvre, un peu par hasard il faut bien le dire, le métier d’écrivain public. C’est une véritable révélation :

Je me suis renseigné sur les formations, les modalités d’installation, les démarches à effectuer... Pour les démarches c’était assez simple grâce au statut auto-entrepreneur. Pour s’installer, facile également, le travail se fait chez soi, pas besoin de louer un local. Pour les formations, deux options : les formations à distance et quelques licences professionnelles en présentielles.

Il participe à l’époque à un concours de nouvelles sur le thème des contes de Noël. C’est la première fois qu’il écrit un texte de fiction et obtient le deuxième prix. Une récompense qui va conforter son choix de carrière. 

Étant encore salarié, il ne peut s’inscrire à une formation en présence, encore moins compte tenu de la distance qui le sépare des universités qui proposent des formations d’écrivain public. Il opte alors pour la formation à distance et s’inscrit au CNED. 

J’ai découvert le CNED en faisant des recherches sur le métier d’écrivain public. Il y avait quelques organismes qui proposaient des formations à distance, mais le CNED semblait être le plus adapté. Le contenu de la formation me paraissait pertinent, et en termes de rapport qualité/prix, il n’y avait pas photo.

Une formation adapté à son propre rythme

La formation à distance permet d’adapter la formation au rythme de chacun, de prendre le temps de bien assimiler les notions étudiées. C’est surtout, pour les personnes qui ont déjà un emploi comme Sylvain, une façon d’ajouter une corde à leur arc, d’acquérir de nouvelles compétences.

La contrepartie, c’est qu’il faut s’astreindre à un rythme de travail. Pour Sylvain, si la motivation est là, il n’y a pas de problèmes :

Je suivais mes cours les week-end et le soir après ma journée de travail. Il m’a fallu environ six mois pour valider la formation. C’était le délai que je m’étais fixé. Le CNED offre une garantie de sérieux, les cours sont plaisants et proposent des cas pratiques, des exercices, etc. Les retours des devoirs étaient aussi plutôt rapides et les corrections explicites, avec des conseils, des pistes d’amélioration… Franchement, je ne peux que recommander de CNED.

Depuis bientôt 10 ans, Sylvain est installé en tant qu’écrivain public près de Dijon. Il réalise des récits de vie, a entamé des pourparlers avec une maison d’édition pour de la relecture d’ouvrages et ne manque pas une occasion de présenter son métier sur les salons et marchés aux livres.

Retrouvez l’actualité professionnelle de Sylvain sur son site internet et sa page Facebook.

Ces témoignages peuvent vous intéresser...

Elise Arbel Molas, de la communication à l'écriture

Découvrez le parcours d'Élise, qui a obtenu la qualification d'écrivain public avec le CNED

20/07/2016

Delphine, écrivain public et assistante indépendante

A 40 ans, Delphine Rouba a su se réorienter pour faire évoluer son activité professionnelle

15/03/2022

Gisèle, à 33 ans elle mène 4 vies par jour

Dix ans après avoir obtenu une maitrise de traduction, Gisèle s'est lancé un nouveau défi : obtenir une licence d'arts plastiques

15/04/2022