Solen, sur les bancs de l'école

Équipe éditoriale CNED

29/06/2022

Devenir professeure des écoles via la préparation CNED

Retour sur les bancs de l'école

Solen Thèze a 35 ans. C'est après avoir obtenu une maitrise en philosophie et un Master 2 Métiers du livre de l'édition et de l'assistanat d'édition que la jeune femme, en congé parental depuis plusieurs années, a opté pour l'enseignement à distance afin de préparer le concours de professeur des écoles. Désormais en poste, elle revient sur cette année particulière en compagnie du CNED.

Quelle formation avez-vous suivi  au CNED ?

J'ai suivi la formation complète de préparation au CRPE. Ayant 3 enfants dont une toute petite qui n'avait pas encore un an, la préparation à la maison était la seule option possible. Cependant je souhaitais suivre une vraie formation et non pas me débrouiller seule avec quelques manuels, je voulais être corrigée, pouvoir me situer par rapport aux attendus du concours, des conseils de préparation et des cours complets et sérieux.

 Pourquoi avoir fait le choix du CNED et de la formation à distance ?

Je connaissais le CNED de réputation et y faire appel pour une préparation à distance m'a semblé une évidence. À la suite de mes études il y a quelques années, j'avais essayé de préparer des concours sans suivre de formation à distance et je me suis bien vite rendu compte que l'utilisation de manuels et le travail solitaire ne fonctionnaient pas. Voulant mettre toutes les chances de mon côté, j'ai donc opté pour une préparation qui m'offrirait des exercices réguliers, des corrections à mes devoirs et de nombreux conseils.

Comment s’organisaient vos journées de travail ?

Après avoir emmené les enfants à l'école le matin à 9 h je commençais à travailler jusqu'à la fin de leur journée d'école. Lorsque les enfants étaient avec leur papa, je travaillais plus tard en fin de journée, mais m'octroyais quelques moments de repos au cours de la journée. Le matin, je commençais par ce qui demande le plus de concentration : les cours, fiches, révisions... quand je sentais poindre la fatigue, je me remotivais en faisant des exercices, en flânant sur le réseau du CNED ou bien j'écoutais des conférences ou les classes virtuelles proposées par le CNED ou sur le réseau.

Dès que je sentais que la concentration revenait, je me remettais au travail sur les cours. Au début, je travaillais 4 jours par semaine et à partir de février, j'ai travaillé 6 jours par semaine. Dans les moments où je ne travaillais pas, je me détendais vraiment et ne pensais pas du tout à mes cours.

Est-ce facile ? Difficile ? Quel genre de difficultés avez-vous pu rencontrer ?

Ce qui était difficile au début était de pouvoir avoir de longues plages de travail dans ma journée, je voyais les jours passer et je n'avançais pas bien. D'une part parce que ma plus petite était toujours avec moi (j'ai dû l'emmener chez la nourrice en cours d'année) et d'autre part parce que n'ayant pas travaillé intellectuellement depuis plusieurs années, je n'avais plus les mêmes capacités de réflexion et de concentration. Mais avec le travail régulier et les nombreux exercices que j'ai faits, c'est revenu assez vite. Au tout début de la préparation, la somme de travail à accomplir fait peur et peut avoir tendance à démotiver, mais au fur et à mesure, on avance, on voit aussi tout le chemin déjà parcouru et on reprend confiance.

Ce qui m'a vraiment aidé ça a été de rencontrer des personnes vivant près de chez moi et qui travaillaient aussi avec le CNED, nous nous sommes souvent appelées et nous sommes beaucoup soutenues, ça a été pour moi d'un grand soutien et j'ai regretté de ne pas les rencontrer plus tôt (c'était en février). L'autre difficulté concernait la préparation aux oraux. Avec le CNED, on enregistre des préparations orales, mais on ne rencontre pas de jury. À l'approche des oraux, je ne me sentais pas toujours prête pour l'épreuve elle-même ni pour l'entretien avec le jury. Finalement, je suis allée sur le réseau proposé et cela m'a beaucoup formée en ce sens. Une autre difficulté peut tenir dans le fait d'avoir à s'organiser seul. Pour ma part cela n'a pas vraiment été un problème mis à part certains moments où je tournais un peu en rond sans trop savoir par quoi commencer et dans quel sens travailler, mais en général je suis plutôt organisée et autonome.

Votre expérience au CNED vous servira-t-elle dans votre  futur emploi ?

Le CNED m'a apporté de nombreuses ressources, non seulement pour préparer le concours, mais aussi pour me préparer à mon futur emploi et en ce sens, je tiens vraiment à saluer le travail des intervenants sur le réseau qui était vraiment concret et très riche. Leurs conseils et ressources m'ont vraiment permis de me projeter dans mon futur métier. De plus, la formation proposée permet de donner du sens aux apprentissages et pas seulement de bachoter en vue d'un concours. J'ai vraiment apprécié le sérieux de ceux-ci.

Quels sont vos projets professionnels actuels et futurs ?

Pour l'instant, je prépare mon entrée dans le métier. J'espère pouvoir mettre en pratique les bons conseils et les bonnes idées que j'ai reçues toute l'année. Pour le reste, je ne me projette pas à plus long terme, le métier dans lequel j'entre demande déjà suffisamment d'investissement au quotidien. Je garde en tête cependant de continuer à me former dans le même état d'esprit que lors de ma préparation au concours : curiosité, ouverture d'esprit et écoute de ceux qui peuvent nous apporter leur expertise.

Quels sont les conseils de Solen pour réussir sa préparation du CRPE au CNED ?

  • ​Premier conseil, se mettre dans l'idée que l'on est en formation, comme si on le faisait dans un organisme de formation, savoir à quelle heure on commence et à quelle heure on s'arrête. C’est-à-dire avoir des heures dédiées, un programme de travail sur la journée, la semaine, le mois, mais avec la souplesse qu'offre l'autonomie imposée par la préparation à distance.
  • Deuxième conseil, décrocher quand on ne travaille pas. Il peut être difficile quand on travaille à la maison de penser à autre chose que son travail. Si l'on a bien avancé avant, on peut réussir à se reposer. Mais passer son année à dire que l'on doit absolument travailler sans cesse ne correspond pas à nos capacités physiques ou mentales. Il faut aussi savoir s'écouter pour rester en bonne santé et tenir sur la durée : bien manger, bien dormir, sortir un peu.
  • Troisième conseil : garder la tête froide. Ne pas se laisser aller à la panique, ou se laisser déborder par le travail. Rester régulier, concentré et confiant.
  • Quatrième conseil : profiter des échanges sur le réseau. Le partage avec des compagnons de galère permet vraiment de se sentir moins seul et de constater que nous avons tous les mêmes difficultés.

Les articles qui peuvent vous intéresser …

CRPE : les conseils de Sophie Fromager pour réussir

Sophie a préparé son CRPE avec le CNED et l’a obtenu

21/07/2016

Alice - Professeure des écoles

A 32 ans, cette professeure de piano s'est inscrite au CNED pour devenir professeur des écoles.

10/03/2020

Sophie, 37 ans, professeure des écoles

Après avoir créé sa société, Sophie a tout quitté pour réaliser son rêve : devenir enseignante

20/07/2016