Kelly, l'écriture publique au service des autres

Équipe éditoriale CNED

12/12/2022

À 32 ans, Kelly est écrivaine publique en auto-entreprise. Un projet professionnel qui fait suite à sa formation « Devenir écrivain public » avec le CNED.

Kelly ne se prédestine pas à devenir Ecrivaine publique. Après un bac littéraire et l’obtention d’un BTS Tourisme, elle enchaine les jobs alimentaires avant de reprendre ses études. Elle obtient alors une licence puis un Master Aménagement et urbanisme option valorisation du patrimoine. Elle occupe ensuite un poste de chargée d’études mais très vite, elle est confronté à une perte de sens dans son travail. Elle réalise alors un bilan de compétence.

J’ai découvert l’existence du métier d’écrivain public et décidé d’intégrer bénévolement une association d’écrivains publics à vocation sociale qui s’appelle « Les mots pour l’écrire ». En parallèle, j’ai choisi de suivre la formation du CNED pour confirmer ou infirmer mon choix d’orientation et pour asseoir ma légitimité à exercer ce métier.

Le CNED, un choix de raison

Le CNED était une évidence pour Kelly. La formation proposée est d’ailleurs recommandée par le réseau d’écrivains publics. L’enseignement à distance permet aussi de continuer la pratique du bénévolat tout en se formant à la théorie.

La formation proposée est recommandée par le réseau d’écrivains publics.

Elle alterne alors entre des demi-journées d’observation à l’association et les cours du CNED.

Elle prend connaissance des cours, n’hésites pas à les retravailler pour mieux se les approprier puis réalise les devoirs proposés.

C’était relativement facile puisque j’ai pu travailler à mon rythme. Il faut cependant veiller à ne pas se laisser déborder. Installer une routine, c’est le meilleur moyen d’être régulier.

Le plus de la formation du CNED

Les contenus pédagogiques proposés par le CNED offrent des informations sur l’installation en tant qu’écrivain public, ce qui a été très apprécié par Kelly.

J’ai pu me servir des informations fournies pour ma propre installation en tant qu’auto-entrepreneure. Ceux qui veulent tenter le CNED doivent se lancer sans appréhension.

En travaillant régulièrement les cours et malgré diverses activités parallèles, Kelly a terminé la formation en quelques mois seulement. Elle a pu compter sur les encouragements, la bienveillance et les conseils de ses correcteurs pour y arriver.

Aujourd’hui, Kelly a lancé son activité. Des services d’écrivaine publique qu’elle présente sur son site internet Artdumot.fr et sur son compte Instagram Artdumot.ep. Elle continue à s’investir bénévolement et propose des permanences d’écrivaine publique à vocation sociale sur Lille afin d’aider les habitants face à leurs difficultés de lecture, d’écriture et d’illectronisme.

En parallèle, la jeune femme recherche un emploi dans les domaines de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire et reste attentive aux offres des collectivités pour exercer son métier d’écrivaine publique à vocation sociale.

Ces témoignages peuvent vous intéresser...

Elise Arbel Molas, de la communication à l'écriture

Découvrez le parcours d'Élise, qui a obtenu la qualification d'écrivain public avec le CNED

20/07/2016

Delphine, écrivain public et assistante indépendante

A 40 ans, Delphine Rouba a su se réorienter pour faire évoluer son activité professionnelle

15/03/2022

Gisèle, à 33 ans elle mène 4 vies par jour

Dix ans après avoir obtenu une maitrise de traduction, Gisèle s'est lancé un nouveau défi : obtenir une licence d'arts plastiques

15/04/2022